Evolution syndicale américaine?

"Une action politique indépendante, voilà le leitmotiv des milieux syndicaux. Cette phrase décrit les efforts des syndicats pour réduire leur dépendance vis-à-vis des partis politiques, qui sont dominés par les employeurs, et pour expérimenter à leur place des alternatives reposant sur les travailleurs.

Mais cette phrase a pris récemment un sens différent. Les syndicats militants ayant des liens anciens avec les démocrates démontrent maintenant leur "indépendance" en se rapprochant de républicains - comme le gouverneur de New York George Pataki - dont les rapports passés avec les travailleurs sont tout aussi ou encore plus décevants.

Parmi les syndicats concernés se trouvent SEIU et HERE, peut-être bientôt rejoints par UNITE.

L'ANCIENNE STRATÉGIE

Bien qu'applaudie comme une stratégie nouvelle, c'est en réalité une stratégie ancienne et conservatrice. Beaucoup de syndicats du bâtiment, les Teamsters et certaines organisations d'enseignants du public ont longtemps soutenu les maires, gouverneurs et législateurs républicains au pouvoir, en retour de faveurs accordées à des intérêts spécifiques. Ces dernières années, les organisations centrales AFL-CIO à Los Angeles et à New York ont soutenu les républicains (respectivement Richard Riordan et Rudy Giuliani) ou sont restées neutres au lieu de soutenir activement des opposants ayant des positions affirmées en faveur des travailleurs.

Les Teamsters ont soutenu de façon constante les candidats présidentiels républicains - de Richard Nixon à Ronald Reagan et George Bush Sr - jusqu'à ce que le réformateur Ron Carey soit élu président du syndicat des Teamsters en 1991.

En 2004, l'IBT pourrait encore soutenir le candidat républicain. Son président, James Hoffa, s'est allié avec Bush Jr au sujet de la recherche pétrolière dans la Zone naturelle protégée de l'Arctique, un projet désastreux pour l'environnement bloqué par le Sénat américain en avril. Hoffa a menacé les sénateurs démocrates du Michigan et du New Jersey de leur supprimer le soutien des Teamsters s'ils s'opposent à cette initiative de Bush.

L'APPUI PRAGMATIQUE

L'organisation des Teamsters du Michigan a appuyé Peter Hoekstra, un membre du Congrès républicain de droite qui n'a pratiquement jamais pris position en faveur des travailleurs. Car Hoekstra travaille sur un accord entre la Maison-Blanche et l'IBT qui mettrait fin aux poursuites à l'encontre du syndicat. Si cela se produit, Hoekstra prédit confidentiellement que son ami "Jim soutiendra ceux qui ont aidé à annuler l'action intentée par le gouvernement fédéral contre le syndicat".

Ce qui est nouveau au sujet du flirt bien plus poussé entre les syndicats et le parti républicain, c'est l'entrée en jeu de syndicalistes beaucoup plus libéraux que Hoffa. Steve Rosenthal, le directeur politique de l'AFL-CIO autrefois membre éminent du Comité national démocrate, veut maintenant soutenir 75 républicains aux élections du Congrès cet automne, au nom "d'une approche bien plus pragmatique que nous développons".

Félicité pour son propre pragmatisme par le Wall Street Journal, le président du SEIU Andy Stern a prédit que le SEIU soutiendrait la réélection de Pataki et accompagnerait la gouverneur suppléante du Massachusetts Jane Swift, un canard boiteux républicain que même son propre parti a laissé tomber. Pour "ouvrir les portes" du Capitole et de l'administration Bush à d'autres républicains, Stern a embauché l'ancien président du Comité national républicain Richard Bond pour servir de conseiller au SEIU.

Entre-temps, le président de HERE John Wilhelm a déclaré qu'il définit les dons politiques du syndicat sur "ce qui soutient l'organisation". Wilhelm semble penser que certains républicains le font, parce que 20 % des fonds pour l'action politique fédérale de HERE sont allés aux candidats du GOP au cours des deux dernières élections.

New Book

Secrets of a successful organizer

A step-by-step guide to building power on the job. Buy Now. »

Dans le Massachusetts, Local 26 - le plus important comité affilié au syndicat HERE en Nouvelle-Angleterre - pratique une approche non partisane depuis plus de dix ans. En remerciement des nominations de protecteurs et de "l'accès" aux bureaux du gouverneur, Local 26 a systématiquement quitté les rangs de la plupart des organisations de travailleurs pour soutenir les deux prédécesseurs républicains de Jane Swift. L'un deux, William Weld, était un privatiseur notoire et un ennemi des fonctionnaires. Allié à Local 26, il a fait campagne pour des réductions d'impôts qui auraient ruiné les projets d'entreprises publiques syndicalisées, ainsi que les services publics pour les travailleurs immigrés à bas revenus comme ceux qui appartiennent à HERE.

À New York, certains soutiens récents à Pataki sont basés sur des services mutuels plus substantiels. En janvier, le président de 1199-SEIU, Dennis Rivera, a travaillé avec l'administration pour obtenir un plan de financement de 1,8 milliard de dollars de l'assurance maladie qui offre 700 millions de dollars d'augmentation de salaire pour beaucoup des 210 000 membres du syndicat. Cet accord sera financé par une augmentation des taxes sur les cigarettes, une plus grande allocation fédérale à Medicaid - encore à approuver par le Congrès - et 1,1 milliard de dollars résultant de la conversion du Blue Cross-Blue Shield de New York en entité lucrative.

HERE soutient Pataki parce qu'il a récemment approuvé une loi qui facilite l'installation de syndicats dans les casinos des territoires indigènes américains (l'État n'approuvera pas les projets de développement de casinos si les tribus n'autorisent pas la reconnaissance des syndicats par une procédure formelle simple). Cependant, il reste à voir si les tribus se lanceront dans un combat légal pour défendre leur droit souverain d'ignorer les lois fédérales et étatiques sur le travail, comme cela s'est produit ailleurs.

LES CARESSES SE RETOURNENT CONTRE LEURS AUTEURS

À Manhattan les électeurs ont récemment rejeté un candidat républicain soutenu par beaucoup d'officiels syndicaux qui sont maintenant dans le camp de Pataki. Après qu'un sortant de longue date se soit retiré, une élection spéciale qui offrait une occasion rare de réduire la majorité républicaine au Sénat a eu lieu. Les démocrates ont proposé un vétéran bien connu de la communauté militante et progressiste en la personne de Liz Krueger.

Les Teamsters, les syndicats du bâtiment, le Conseil central des syndicats et le 1199 ont tous soutenu le candidat choisi par le président du Sénat de l'État, Joe Bruno, un gros bonnet d'Albany. L'homme de Bruno a perdu 49% contre 51% grâce à une campagne à la base pour Krueger menée par des membres d'autres syndicats alliés avec le nouveau Parti des familles de travailleurs.

Pour étudier plus en détail ces différentes approches de l'action politique, Labor Notes a demandé à quatre syndicalistes - de New York, du New Jersey, de Californie et du Vermont - de commenter la valeur du fait de "donner une leçon aux démocrates en se rapprochant des républicains". (Dennis Rivera, de 1199-SEIU, et Greg Tarpinian, de l'Association de recherches sur le travail, qui a servi de conseiller à Rivera, Hoffa et Pataki, ont été invités à cet échange mais ont décliné l'invitation.)

Pour plus d'informations, visiter : www.progressiveparty.org (Vermont) et www.workingfamiliesparty.org . Les activités des deux partis sont décrites dans : "Spoiling for a Fight : Third Party Politics in America" (Verso, 2002) par Micah Sifry.

Contact pour cet article : Marsha Niemeijer

. Publié en collaboration avec Labor Notes. Labor Notes est un magazine mensuel basé à Detroit, USA, engagé dans la réforme et la revitalisation des mouvements de travailleurs. Nous rapportons des nouvelles sur les mouvements de travailleurs que vous ne trouverez pas ailleurs. Des nouvelles sur les activités des travailleurs de base, les tactiques innovantes d'action, les luttes internationales, les travailleurs immigrés et les problèmes que certains leaders syndicaux préféreraient tenir cachés. Souscrivez et recevez Labor Notes par la poste ! Les renseignements pour souscrire à Labor Notes se trouvent sur notre site web : www.labornotes.org.

Steve Early es un membre du Comité politique de Labor Notes
Traduction